Baie-Trinité (détails sur certains naufrages)

? (INCONNU) (détails)

BEAVER (détails)

BENSHEIM (détails)

CITY OF FLORENCE (détails)

CLEARWATER (détails)

CORONATION (détails)

ÉCOSSAISE (détails)

EDWARD HINCKEN (détails)

? (INCONNU)

NOTES HISTORIQUES

L'espace situé entre les Cayes Joncas de Baie-Trinité (Caye blanche et caye noire) et l'Île à la croix au Petit-Mai, soit une distance d'environ 1,8 kilomètres, est un secteur où des résidants ont découvert, au fil des ans, plusieurs boulets de canon et quelques anneaux de pont. Les grandes marées basses étaient particulièrement favorables à de telles découvertes.

De toute évidence, il y eût au moins un naufrage à cet endroit, mais pour le moment nous n'en savons pas plus.

Ci-dessous, il y a l'esquisse d'un boulet de canon ainsi qu'un anneau de pont enchassés dans des concrétions. Ces deux concrétions furent prélevées par Roger Boucher du Petit-Mai dans les années '70.

Par contre, derrière l'île à la croix, de plus gros boulets ont été excavés lors du dragage, par Donald Thibeault, de l'entrée de son quai du Petit-Mai.

Cliquer ici pour voir une carte de la localisation

(retour en haut)

 
BEAVER

NOTES HISTORIQUES

La goélette Beaver, capitaine Richard, se rendait de Miramichi N.-B. à Québec. Elle a fait naufrage à Baie-Trinité le 18 octobre 1846. L'équipage s'en est tiré sain et sauf.

(retour en haut)

 
BENSHEIM

NOTES HISTORIQUES

La barque Bensheim, 768T, propriété de J.M.Wimmers & Co de Lisbonne au Portugal, se rendait allège de Hambourg, Allemagne, à Québec pour prendre un chargement. Par un épais brouillard, le 5 septembre 1905, elle s'échouait sur la Pointe aux morts près de Baie-Trinité. Les 14 membres d'équipage s'en sortirent indemnes. Elle fut déclarée perte totale, et dynamitée pour la disloquer.

Monsieur Firmin Comeau, un résidant de Pointe des monts, a travaillé sur cette barque pour la démolir. Il nous racontait:

"Pour démancher les tôles, nous faisions sauter les rivets à l'aide d'un ciseau à fer et d'une masse. C'est la Marie-Joséphine qui est venue ramasser le gros des débris. Une fois, un rivet est parti et a frappé la tempe d'un autre travailleur qui est devenu sourd sur le coup. Il a été se coucher puis a paralysé. Mon oncle Napoléon-Alexandre Comeau a été le voir et a déduit qu'un caillot était logé dans son cerveau. Ils l'ont transporté à Rimouski en bateau, mais à son arrivé il était mort."

Le 19 août 1979, le plongeur Napoléon Martin découvrait, sur ce site, une pièce de monnaie du Portugal, frappée en 1892. Cet artefact nous prouvait, hors de tout doute, qu'il s'agissait bien des débris du Bensheim.

Cliquer ici pour voir une carte de la localisation

ÉTAT DU SITE EN 2002

Il ne reste, de ce naufrage, que quelques débris d'acier. Un premier lot est éparpillé dans l'anse centrale de la Pointe aux morts dans une profondeur variant entre un et trois mètres environ. Un second lot baigne dans environ 6 mètres de profondeur sur la pointe nord, à la sortie de la même anse.

PLONGÉE SOUS-MARINE

Il s'agit d'un site accessible par bateau. Les rochers se prêtent bien à une entrée à l'eau facile (côté nord de l'anse centrale de la pointe aux morts). La faible profondeur, entre un et six mètres, autorise l'accès à toutes catégories de plongeurs.

Durant les marées montantes et baissantes, il faut se méfier du fort courant, surtout sur le bout de la pointe. Il est donc préférable d'y plonger à l'étale. La tournée des lieux s'effectue facilement en une plongée. Il n'y a pas de point d'intérêt particulier.

(retour en haut)

 
CITY OF FLORENCE 

NOTES HISTORIQUES

La goélette en acier, City of Florence, 4,391t, 407 pieds de longueur, de Liverpool, en route de Londre à Montréal, s'échouait sur les Cayes Joncas à Baie-Trinité (entre la Caye noire et la blanche), le 19 juillet 1918, par un temps de brume. Elle était commandée par le capitaine E.W.Davies, et ne subit que des pertes partielles.

Un témoignage des gens du Petit-Mai, recueilli par l'abbé Edouard Déry, raconte que:

"C'était une goélette à vapeur. Par un temps de brume le vaisseau a passé près de la terre. On entendait les cris à bord. On entendit bientôt un choc. Monsieur Jos Thibeault et ses deux fils, Calixte et Charles, se rendirent sur les lieux en canot automobile. À l'aide d'une échelle, monsieur Calixte montait bientôt à bord pour voir le capitaine. C'était à l'heure du souper, la table était servie.

Le jeune capitaine se pensait à Cap-Chat. Il avait échoué doucement sur le sable près des roches. Comme la mer montait, un mouvement de reculons réussit à le sortir de sa facheuse position.

La Compagnie White Star Dominion Line, Royal Mail Steamers, dont le bureau était au 42 Dalhousie, Québec, envoya un chèque de 213.75$ à monsieur Jos Thibeault pour sa coopération et celle de ses fils."

Cliquer ici pour voir une carte de la localisation

(retour en haut)

  
CLEARWATER 

NOTES HISTORIQUES

La barge Clearwater, capitaine Bonhomme, propriété de John Wallex Water Transport, s'échouait à la pointe du Petit-Mai, par mauvaise visibilité, le 20 mai 1928. Elle revenait d'Angleterre et avait pris un chargement de bois de pulpe à l'Île d'Anticosti.

Les 24 membres d'équipage, tous sauvés, se sont refugiés chez monsieur Boudreault du Petit-Mai.

Le 21 mai, le remorqueur de la Quebec Salvage & Wrecking Company quittait Québec à destination de Baie-Trinité.

Le bois de pulpe cordé sur le pont fut jeté par dessus bord, et des pompes furent installées. Mais le vent tourna à l'Est et prit de la vigueur. La barge fut poussée encore plus à terre. Son propriétaire l'abandonna aux assureurs. Elle put être renflouée le 22 juillet.

Cliquer ici pour voir une carte de la localisation

GALERIE DE PHOTOS

Cliquer sur une photo pour l'agrandir
L'échouement du Clearwater (Collection histoire régionale, SHCN)
L'échouement du Clearwater (Collection histoire régionale, SHCN)

(retour en haut)

  
CORONATION 

NOTES HISTORIQUES

La goélette Coronation, capitaine Irené Verreault de Les Méchins, s'échouait le 3 avril 1942 sur la Caye noire en face de l'anse de sable entre Baie-Trinité et Pointe des monts.. Le capitaine emprunta des barils du gardien du Phare de Pointe des monts pour se renflouer.

Cliquer ici pour voir une carte de la localisation

(retour en haut)

 
ÉCOSSAISE 

NOTES HISTORIQUES

La goélette en bois Écossaise, 50t, de Québec, capitaine Félix Gagné, s'échouait à Pointe à Poulin le 23 octobre 1898. La perte fut totale.

(retour en haut)

 
EDWARD HINCKEN

NOTES HISTORIQUES

La barque Edward Hincken, 546t, bâtie en Nouvelle-Écosse en 1863, s'échouait à Baie-Trinité le 9 octobre 1867. Le remorqueur Napoléon III la prit en remorque en direction de Matane où elle sombra finalement en eaux profondes.

(retour en haut)